Piéfort

A/ CAROLVS.VIII.D.G.FRANCO.REX

R/ SIT.NOMEN.DOMINI.BENEDICTVM


Année: 1573

Atelier: A: Paris, moulin des Étuves

Diamètre: 26.6 mm

Poids: 9.12 g

État: TB+/TTB-

 

Piéfort de poids quadruple

Très rare

       Les piéforts n'étaient pas des monnaies destinées à circuler. Jean Boizard donne dans son Traité des Monoyes, de leurs circonstances & depandances (1692) la définition suivante:

 

"Ces [...] Pieds-forts ont été ainsi établis pour servir de patron & de modele de la Monoye qui doit avoir cours, & pour en tenir toûjours le pied-fort, c'est à dire pour en empêcher l'affoiblissement. C'est pourquoy ces Pieds-forts doivent renfermer toute la perfection du poids & de la Loy [...]. Chaque [...] Pied-fort doit être le quatruple de chaque espece de la Monoye ayant cours" ¹.

 

       L'ultime remarque de Boizard n'est en revanche valable qu'à partir de la réforme de Warin à la fin du règne de Louis XIII. Il existe en effet sous Charles IX et Henri III des piéforts de poids double, notamment pour ce douzain.  Ils furent produits au Moulin des Étuves à Paris - atelier installé sur la Seine, sur la pointe ouest de l'île de la Cité - crée le 27 mars 1551 par Henri II pour y permettre la fabrication mécanique des monnaies.


¹ BOIZARD Jean, Traité des Monoyes, de leurs circonstances & dépendances, Paris, chez Jean-Baptiste Coignard, 1692, p. 70.