Piéfort

A/ HENRICVS.III.D:G.FRAN(C).ET.P.REX

R/ SIT.NOMEN.D[OMI]NI.BENEDICTVM


Année: 1578

Atelier: A: Paris, moulin des Étuves

Diamètre: 29.6 mm

Poids: 17.45 g

État: TTB/TB++

 

Piéfort de poids quadruple

Rare


      Les piéforts n'étaient pas des monnaies destinées à circuler. Jean Boizard donne dans son Traité des Monoyes, de leurs circonstances & depandances (1692) la définition suivante:

 

"Ces [...] Pieds-forts ont été ainsi établis pour servir de patron & de modele de la Monoye qui doit avoir cours, & pour en tenir toûjours le pied-fort, c'est à dire pour en empêcher l'affoiblissement. C'est pourquoy ces Pieds-forts doivent renfermer toute la perfection du poids & de la Loy [...]. Chaque [...] Pied-fort doit être le quatruple de chaque espece de la Monoye ayant cours".

 

       L'ultime remarque de Boizard n'est en revanche valable qu'à partir de la réforme de Warin à la fin du règne de Louis XIII. Il existe en effet sous Henri III des piéforts de poids double, dont pour le double sol parisis de 1578. Les années 1577-1578 sont la seule période de production de piéforts pour le règne de Henri III, correspondant à la mise en place d'un nouveau système monétaire supprimant le teston et inaugurant les francs et divisionnaires, quarts et huitièmes d'écu. Ils furent produits au Moulin des Étuves à Paris - atelier installé sur la Seine, sur la pointe ouest de l'île de la Cité - crée le 27 mars 1551 par Henri II pour y permettre la fabrication mécanique des monnaies.